Estelle HOUVER/ mars 21, 2018/ Alimentation et santé

Une idée répandue est de désigner les produits des magasins hard-discounts comme étant de qualité moindre d’un point de vue organoleptique, nutritionnel voire microbiologique. Pour avoir une alimentation de qualité, saine et équilibrée, il faudrait se tourner vers les marques nationales, les labels bio, les petits producteurs et commerçants locaux.

Mais quant est il si vous êtes de ceux, qui par choix ou par obligation, font leurs courses en magasins hard-discounts ? Etes-vous privé d’une alimentation saine et équilibrée ?

Comparaison entre les produits discounts et leur concurrents

J’ai comparé différents produits discounts à des produits similaires de marque nationale et des produits achetés en filière locale.

J’ai sélectionné un panel de 20 produits : compote de pomme, haricots verts extra fins en boîte, soupe moulinée de légumes, salade de carottes assaisonnées, chips salées, ketchup, jambon blanc, rillettes de poulet, thon au naturel, raviolis, plats cuisinés (saumon à l’oseille et riz, hachis parmentier), yaourt aux fruits, crème aux œufs saveur vanille, pétales de blé au chocolat (céréales petit-déjeuner), biscuits fourrés au chocolat, confiture de fraises, pâte à tartiner, jus d’orange à base de concentré, cola.

Voici les constats :

  • Les recettes sont très semblables quelle que soit l’origine des produits. La liste des matières premières peut varier légèrement en termes de quantité ou de type. Ainsi, on constatera des proportions variables de la denrée principale, l’utilisation de matières grasses différentes ou la présence d’arômes et autres additifs. Ces petites disparités s’expliquent par l’influence du coût des ingrédients sur le prix du produit final.
  • Certains produits hard-discounts et de marque nationale émanent du même fabricant et sont élaborés sur le même site. Seul l’emballage va alors distinguer ces aliments (crème aux œufs, yaourt, thon, rillettes).
  • Plus le produit est transformé, plus la liste des ingrédients est longue (plats cuisinés, raviolis) peu importe l’origine du produit.
  • Les aliments moins transformés ou bruts ne sont pas différents d’une marque à l’autre (haricots verts, thon au naturel, jus d’orange à base de concentré, sucre, œufs, farine, lait, crème…).
  • Les produits de la filière locale se distinguent des autres par des quantités d’ingrédients souvent bien moindres et l’utilisation raisonnée d’additifs.
  • On ne décèle pas de différences flagrantes au niveau des valeurs nutritionnelles entre les produits nationaux et les hard-discounts. Il est difficile de se prononcer sur les aliments locaux car ces informations sont souvent absentes des emballages.
  • Les propriétés organoleptiques (aspect, odeur, goût, texture) sont une histoire de goût. J’ai testé et fait testé une vingtaine de produits d’origine différente. On pourrait croire que les produits locaux remporteraient la palme sur ce terrain, mais non, ce n’est pas toujours le cas.

Que disent les études ?

Une étude menée en 2010 par l’ASEF (Association Santé Environnement France) a soumis, pendant 15 jours, 3 journalistes à 3 régimes différents avec pour objectif de comparer leurs conséquences sur la santé :

  • l’un d’eux a suivi une « alimentation classique » composée de plats « faits maison » et de produits milieu de gamme non bio,
  • le second a suivi une « alimentation discount » à base de plats préparés et produits discounts,
  • et le dernier a suivi une « alimentation bio » (type d’aliments consommés non précisé).

Cette étude a conclu que l’alimentation à base de produits discounts dégradait la santé des consommateurs. Une étude controversée à mon sens car, outre le fait qu’elle n’ait été réalisée que sur 3 personnes, les protagonistes ne consommaient pas des produits équivalents.

Quels auraient été les résultats si tous avaient consommé des plats préparés : pour l’un de marque nationale, pour le second de marque discount et pour le dernier d’origine bio ? Ou si tous avaient consommé des plats « faits maison » mais dont les achats auraient été effectués dans les trois différents circuits de distribution ?

Qu’est-ce qu’une alimentation saine et équilibrée ?

D’après le PNNS (Programme National Nutrition Santé), il n’existe pas de recette ni de régime alimentaire miracle pour bien manger. Avant tout, cela revient à adopter une alimentation variée et équilibrée. En résumé : on peut manger de tout, mais en quantités adaptées, en privilégiant les aliments bénéfiques à notre santé (fruits, légumes, féculents, poissons…) et en limitant la consommation de produits sucrés (confiseries, boissons sucrées…), salés (gâteaux apéritifs, chips…) et gras (charcuterie, beurre, crème…).

Je compléterais cette définition en rajoutant qu’une alimentation équilibrée doit couvrir les besoins énergétiques, les besoins en vitamines et minéraux et que les aliments consommés ne doivent pas être dangereux pour la santé.

Mon avis

Il est possible d’avoir une alimentation saine et équilibré en faisant ces courses en hard-discount. Si on achète des plats préparés, des produits gras, sucrés ou salés peu importe leur provenance, leurs méfaits seront les mêmes sur la santé.

Pour avoir une alimentation saine et équilibrée il faut « simplement » privilégier les aliments bruts ou peu transformés et apprendre à les cuisiner. Ils ne contiennent pas autant d’arômes, de conservateurs, d’exhausteurs de goût ou autres cocktails d’ingrédients souvent délétères pour la santé… et cela ne coûte pas plus cher.

Les produits issus des filières locales et biologiques semblent être les meilleurs alliés d’une alimentation saine et équilibrée. Je pense néanmoins qu’il est préférable de consommer des fruits et légumes achetés en hard-discount, en conserve ou surgelés plutôt que ne pas en consommer ou consommer des plats préparés.