Estelle HOUVER/ avril 4, 2018/ Alimentation et santé

Les plats cuisinés : aaahhhhhhh… la bête noire des diététicien(ne)s. Pourquoi ont-ils mauvaise presse ? Comment faire pour choisir de bons plats cuisinés ?

Qu’est-ce qu’un plat cuisiné ?

C’est un plat prêt à être consommé ou à réchauffer. Il a été préparé, cuit, assaisonné et a subi un traitement particulier pour être conservé plus ou moins longtemps. On pourra donc l’acheter frais, appertisé (en conserve), surgelé ou sous vide. Il existe de nombreuses recettes de plats cuisinés : blanquette, hachis, coucous, paëlla, pâtes, risotto, poisson, poulet, bolognaise…

Les avantages des plats cuisinés

LE point fort des plats cuisinés c’est le gain de temps qu’ils offrent que ce soit lors des courses ou lors de la préparation des repas. C’est pratique, rapide et facile à préparer réchauffer.

Les inconvénients des plats cuisinés

Ils contiennent trop d’additifs susceptibles de nuire à notre santé. Au menu : édulcorants, conservateurs, colorants, exhausteurs de goût. L’innocuité des additifs a été testé individuellement mais rares sont les études qui traitent de leur effet cocktail ou de leur interaction lorsque l’on en retrouve plusieurs dans un même produit.

Ils sont trop gras, trop sucrés (et oui !) et trop salés.  Beaucoup d’industriels font des efforts pour élaborer des produits moins gras, moins sucrés, moins salés mais au prix de rajout d’additifs car le gras, le sucre et le sel ont aussi des rôles dans la conservation.

Leur mode d’élaboration et de conservation détruisent les vitamines et minéraux. Ils sont donc moins nutritifs qu’un plat fait maison.

La transformation des aliments augmente leur index glycémique. En d’autres termes leur consommation va élever le taux de sucre dans le sang, ce qui peut, à long terme, engendrer des effets délétères sur la santé.

On ne sait pas toujours ce qu’il y a vraiment dedans. On est confronté à des problèmes de qualité et de quantité de produit. Lorsque vous achetez un plat cuisiné « Saumon à l’oseille et son riz basmati » et que vous vous retrouvez avec 70g de saumon et 130 g de riz alors que les recommandations préconisent 120g de saumon et 200g de riz pour un repas principal : il y a un soucis de quantité !!! Vient ensuite le problème de qualité : imaginez la production d’un plat cuisiné passant par l’achat des matières premières, le coût des machines, des locaux, de l’électricité, de la main d’oeuvre, des différents emballages et sur- emballages, du stockage, du transport, sans parler de la marge de l’industriel et du distributeur : le tout pour 2,09 euros… après faut pas s’étonner de retrouver de la viande de cheval dans les lasagnes !!!

Ils ne sont pas « écofriendly » : bonjour les déchets entre le carton, la barquette, le film plastique…

Ils ne sont pas pédagogiques : apprendre à nos enfants à manger sainement c’est aussi leur apprendre à cuisiner et non pas à ôter l’opercule d’une barquette et tourner le bouton du micro-ondes.

J’ai réussi à vous faire culpabiliser de manger des plats cuisinés ? Tant mieux. Pour les autres pas de panique, on va « limiter la casse » 😉 ! Ne faites pas des plats cuisinés votre principale source d’alimentation, limiter leur consommation à 1 voire 2 par semaine maximum et suivez mes petits conseils.

Comment choisir ses plats cuisinés ?

Pour bien choisir ses plats cuisinés il faut lire le tableau des valeurs nutritionnelles et vérifier que :

  • la quantité totale de glucides soit inférieure à 20g pour 100g de produit
  • la quantité totale de lipides soit de 5 à 6g pour 100g de produit
  • la teneur en protéines soit supérieure ou égale à la teneur en lipides
  • le sel soit au maximum de 1g pour 100g de produit

Il faut également prendre connaissance de la liste des ingrédients. Elle doit être la plus courte possible et évidemment correspondre à l’intitulé du plat. On s’intéressera à la présence :

  • d’huile de colza, d’olive ou de tournesol plutôt que des matières grasses hydrogénées ou de l’huile de palme
  • de sucre plutôt que de sirop de glucose-fructose
  • de morceaux de viande plutôt que de la viande reconstituée ou à base de viande
  • de fromage plutôt que des préparations fromagères

Enfin, pour équilibrer votre repas, pensez à compléter votre plat cuisiné selon le cas par : une portion de légume (une crudité ou une cuidité en entrée par exemple), des féculents (du pain éventuellement), une source de protéines, un laitage et un fruit de saison.